La Zone de gratuité

Valoriser les associations locales

Pour la deuxième année consécutive nous ouvrons les portes de notre festival à des associations locales dont nous partageons le projet.

L’année dernière sur le thème de la nature c’est la Ligue de Protection des Oiseaux et les Incroyables Comestibles qui ont répondu présent pour venir vous rencontrer sur le site d’Algues Au Rythme.

Promouvoir et communiquer sur les associations que nous soutenons est important pour nous et permettre aux acteurs de rencontrer notre public nous inclue dans leur démarche et permet de faire du lien sur notre territoire. A l’image des associations invitées l’année dernière nous semons nos petites graines et c’est avec grand plaisir que nous permettons à nos festivaliers de découvrir ou de ré-découvrir la richesse de ces engagements local et national.

Nous voulons des Coquelicots

La grande semeuse

Face à la Grande Faucheuse des pesticides, il n’y avait qu’elle pour lui tenir tête… Inspirée des codes du carnaval, empreinte de symboles républicains, la Grande Semeuse des Coquelicots entame une tournée nationale.

Elle sera à Algues au Rythme !

Monnaie local la BIZH

Comment ça marche ?

Quelques étapes clés pour faire circuler la Bizh :

  1. Les utilisateurs, qu’ils soient consomm’acteurs ou prestataires, adhèrent à l’association MLK-Gwened afin de pouvoir utiliser la monnaie locale sur le territoire.
  2. Munis de leur carte d’adhérent, ils peuvent échanger leurs euros contre des Bizh dans des comptoirs d’échange prévus à cet effet. En échange de leurs euros, ils recevront de beaux coupons de 0,5 ; 1 ; 3 ; 5 ; 10 ou encore 20 Bizh. Et la conversion est facile : 1 euro = 1 Bizh !
  3. Ça y est, les consomm’acteurs peuvent utiliser leur Bizh auprès des prestataires agrées du “Golfe du Morbihan – Vannes Agglomération”, qui signent une charte défendant des valeurs éthiques.
  4. A leur tour, les prestataires ayant reçu des Bizh peuvent les faire circuler dans le réseau : en payant leurs fournisseurs et services ou bien en rémunérant leurs salariés en Bizh.

Bienvenue 56

Mission

* L’association offre un cadre sécurisant permettant de mettre en relation hébergeurs et hébergés.

* Elle assure la gestion et le suivi des accueils, met en place des hébergements alternés pour assurer une continuité dans l’accueil.

* Elle travaille en coordination avec des associations partenaires et les collectivités locales.

La cimade

La Cimade a pour but de manifester une solidarité active avec les personnes opprimées et exploitées. Elle défend la dignité et les droits des personnes réfugiées et migrantes, quelles que soient leurs origines, leurs opinions politiques ou leurs convictions.

ICI ET LÀ-BAS SOLIDAIRES

« La Cimade a pour but de manifester une solidarité active avec les personnes opprimées et exploitées. Elle défend la dignité et les droits des personnes réfugiées et migrantes, quelles que soient leurs origines, leurs opinions politiques ou leurs convictions. Elle lutte contre toute forme de discrimination et, en particulier, contre la xénophobie et le racisme. » (Article 1 des statuts de La Cimade)

ACCUEILLIR ET ACCOMPAGNER

Chaque année, La Cimade accueille dans ses permanences plus de 100 000 personnes migrantes, réfugiées ou en demande d’asile. Elle héberge près de 200 personnes dans ses centres de Béziers et de Massy.

 

AGIR AUPRÈS DES PERSONNES ÉTRANGÈRES ENFERMÉES

Présente dans huit centres de rétention administrative pour accompagner et aider les personnes enfermées dans l’exercice de leurs droits, La Cimade agit également dans 75 établissements pénitentiaires.

CONSTRUIRE DES SOLIDARITÉS INTERNATIONALES

En collaboration avec des associations partenaires dans les pays du Sud, La Cimade travaille autour de projets liés à la défense des droits des personnes migrantes dans les pays d’origine, de transit et d’accueil. Elle participe à la construction de la paix en Israël-Palestine.

TÉMOIGNER, INFORMER ET MOBILISER

La Cimade intervient auprès des responsables politiques par des actions de plaidoyer. Elle informe et sensibilise l’opinion publique sur les réalités migratoires : mobilisations, presse, site Internet, réseaux sociaux, festival Migrant’scène. Elle construit des propositions pour changer les politiques migratoires.

QUELQUES CHIFFRES

• 100 000 personnes conseillées, accompagnées, hébergées par an ;
• 98 lieux d’accueil ;
• 115 permanences ;
• 2 500 bénévoles organisé·e·s dans 90 groupes locaux ;
• 65 associations partenaires en France, en Europe et à l’international.

Réseaux producteurs locaux